L'église d'Avanne-Aveney


L'église d'AVANNE-AVENEY est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis mars 1998.

La première église d'Avanne était située près du Doubs et accompagnée des bâtiments presbytéraux.

Au début du XIXè siècle, la commune envisage son agrandissement et l'utilisation d'une partie du bâtiment presbytéral pour la création d'une école.

En 1824, le conseil municipal décide du principe de la construction de l'actuelle église en un lieu qui ne soit plus inondable et qui soit plus central. Le terrain est obtenu par échange en 1826. Il est situé près du nouveau presbytère, et dans l'axe de la rue principale du village.

Les conseil municipaux d'Avanne et d'Aveney, communes alors distinctes, mais incluses dans la même paroisse, approuvent le projet de l'architecte Pierre Marnotte et apportent leur soutien afin de conserver le porche (face au souhait de nouvelle distribution formulé par le conseil des bâtiments civils).

La réalisation fut effectuée de 1828 à 1830 par l'entrepreneur Gaspard Prost de Rans.

Eglise d'Avanne-Aveney


Description de l'édifice

L'édifice est de plan basilical avec nef de 5 travées, choeur d'une travée, accompagné par les sacristies.

Le clocher-porche, demi hors oeuvre, est accompagné par les deux extrémités des collatéraux en hémicycle.

Le vaisseau central de la nef et le choeur sont voûtés en berceau (plâtre sur lattis). L'abside est voûtée en cul-de-four.

Les collatéraux sont plafonnés. Les colonnes galbées entre les vaisseaux et les pilastres sont d'ordre toscan.

Les colonnes et les pilastres sont sous un fort entablement qui marque l'horizontale sous les voûtes et arcs en plein cintre du vaisseau central. L'entablement fait un ressaut au niveau des pilastres et arcs doubleaux du choeur. Il s'interrompt devant l'arc du fond de l'église. L'éclairage est donné par des grandes baies rectangulaires à chaque travée de la nef.

Le choeur a conservé son éclairage zénithal.

L'élévation du clocher porche est particulièrement remarquable.

Le niveau inférieur est traité de façon monumentale en arc triomphal avec des pilastres latéraux portant l'arc de la grande niche voûtée en cul-de-four qui sert de porche. Les niveaux supérieurs, du clocher proprement dit, sont plus simples. L'étage supérieur comporte des pilastres corniers.

Le toit de la nef est à deux versants avec parties de croupe enserrant le porche.

Sa charpente est à fermes avec entrait retroussé au-dessus de la voûte. II y a contreventement par des liens entre les entraits et par un sous-faitage. Le toit de l'abside est en croupe ronde, à égout retroussé, terminé par une verrière.

Le toit du clocher est une variante du dôme à l'impériale.

Il est amorti de façon habituelle par une boule, une croix et un coq.

Distribution intérieure
Le porche donnait accès directement à la nef par un volume concave, inverse, avant l'établissement d'un tambour. Un escalier en vis, à droite, donne accès à la tribune et au clocher.

La nef a perdu sa chaire à prêcher.

Les collatéraux conservent leur autel et retable. Au fond du collatéral droit se trouve un confessionnal, au fond du collatéral gauche, les fonts baptismaux.

Le choeur a perdu sa table de communion.

Deux portes latérales conduisent aux deux sacristies.

Les baies sont closes par des vitraux figurés.

De grandes dalles calcaires revêtent le sol.


Matériaux utilisés

L'édifice est réalisé en pierre calcaire locale :
  • Maçonnerie de moellons enduite pour le choeur et la nef ;
  • Pierre de taille pour le tour des baies, bandeau, façade antérieure et clocher.
La nef et le choeur sont recouverts de tuiles plates à bords droit ; du zinc recouvre une partie de l'abside.

Le dôme du clocher est recouvert d'inox plombé.


Histoire de l'édifice

XIXème siècle

Le mobilier principal fut adapté (maître-autel) ou créé (autels latéraux et chaire à prêcher) suivant le devis de Marnotte de 1831.

En 1858, on dut remplacer la grille de l'entrée par un tambour pour éviter les courants d'air favorisés par l'axe de la rue principale ; on compléta alors le mobilier des sacristies.

Enlevée par le vent, la couverture "plate" du clocher fut remplacée par un dôme en 1860.

Il ne semble pas qu'on ait suivi le devis de reconstruction de la charpente en 1879 puisqu'on a prévu des réparations urgentes à la charpente et à la couverture en 1887.

XXème siècle

De gros travaux d'entretien de la toiture furent effectués après la Première Guerre mondiale.

Avant la seconde guerre (millésimes 1936, 1937), on a pourvu les baies de vitraux figurés par l'atelier Benoît Frères de Nancy qui donnent une lumière colorée, peu favorable à cette architecture néoclassique.

L'intérieur de l'église a été rénové en 1958. La maçonnerie du clocher et son dôme ont été restaurés en 1988. La toiture a été complètement reconstruite en 1999.

 
L'Architecte : Pierre MARNOTTE
Né à Dijon en 1797, élève à Paris de Poyet et d'Achille Leclerc, Marnotte travaille à Marseille et Lyon avant de devenir architecte de la ville de Besançon (1823 - 1836). Il resta dans cette ville jusqu'à sa mort en 1882.

C'est un architecte important par la part qu'il prit à la restauration d'édifices anciens (Porte Noire, Chapelles de Pesmes, Etuz, Aumônières, projet "d'achèvement" de la cathédrale de Besançon), mais aussi par des réalisations qui relèvent d'un éclectisme fonctionnel caractéristique du XIXè siècle : halles musée de Besançon, néoclassique, hôtel de ville de Mouthe, néo-Renaissance, église de Confracourt, néogothique, synagogue de Besançon, néo-mauresque...

Les plans qu'il donne pour les églises de Franois et d'Avanne, relèvent du néoclassicisme, seul style admissible à cette époque par le conseil des bâtiments civils. On a affaire en l'occurrence à un néoclassicisme très déterminé : plan basilical, colonnade dorique sous une forte architrave, baies rectangulaires, éclairage zénithal de l'abside voûtée en cul-de-four. On remarque le traitement particulier du porche, oeuvre d'un architecte de qualité, qui faillit être réduit par le conseil des bâtiments civils.

(Ces renseignements sont tirés du dossier de classement de l'église, réalisé par Monsieur P.Blandin, DRAC de Franche-Comté)

Visitez le site des clochers comtois : http://clochers.free.fr


< Site précédent : Fontaine
Site suivant : Moulin d'Avanne >

Retour à la page de présentation du village
Retour à la page d'accueil


Ecrivez-nous